Accueil Blog Calories dans l’alcool : font-elles grossir ?

Calories dans l’alcool : font-elles grossir ?

Protagoniste des apéritifs entre amis, des déjeuners et des dîners conviviaux, l’alcool est sans doute aussi un élément très présent dans notre histoire culinaire et énogastronomique. Vin, bière et digestifs aromatiques : dans certains cas, il semble impossible de se passer d’un bon verre. Pourtant, de plus en plus souvent, nous entendons dire non seulement que l’alcool est dangereux pour la santé, mais aussi qu’il a un effet négatif sur notre silhouette.

Pourquoi ? D’où vient la croyance que le vin, la bière, les spiritueux et les alcools de toutes sortes sont mauvais pour notre corps et nous font grossir ? Il s’agit d’un non-aliment, dépourvu de nutriments et qui regorge de calories vides, que notre corps a tendance à expulser le plus rapidement possible et qui a des effets très spécifiques sur le foie et le système cardiovasculaire, allant même jusqu’à générer une véritable addiction dans les cas extrêmes.

Avec un mode de vie sain et en faisant attention aux quantités, est-il possible de consommer de l’alcool en toute conscience sans risquer de prendre quelques kilos ? Pourquoi et comment l’alcool fait-il grossir ? Qu’arrive-t-il à notre corps lorsque nous consommons de l’alcool et en quoi est-il nocif ? Quel est l’alcool qui fait le plus grossir ? Voici toutes les réponses à vos questions, y compris les faux mythes à dissiper.

L’alcool fait-il grossir ?

sabrer le champagneL’alcool éthylique (éthanol) est un « non-nutriment » particulièrement riche en calories, un « ingrédient » à consommer avec modération et à abandonner en cas d’obésité, d’hypertension, de grossesse ou d’allaitement. Plus précisément, de combien de calories parlons-nous ? En quoi et dans quelles conditions peut-on dire que l’alcool fait grossir ?

Un gramme d’alcool fournit environ sept calories, à mi-chemin entre les graisses, qui en fournissent neuf, et les protéines et les glucides, avec leurs quatre calories par gramme. Il ne s’agit donc pas d’un aliment hypocalorique, mais toute prise de poids due à la consommation d’alcool n’est pas strictement liée à la quantité de calories, mais plutôt à leur « qualité » dans le cadre d’une réponse plus complexe de notre organisme.

Les calories que nous consommons par l’intermédiaire de l’alcool sont également appelées calories vides : il s’agit en fait de calories que notre corps ne dépense pas pour produire de l’énergie ou pour faire des réserves, ce sont des calories que le foie métabolise et qu’il essaie d’éliminer le plus rapidement possible, par une vasodilatation momentanée, une sensation (trompeuse) de chaleur soudaine, accompagnée de sueurs et d’urines.

Pourquoi parle-t-on de « réponse complexe » ? L’alcool ne fait pas grossir par les calories qu’il apporte, mais par sa capacité à générer, par un processus hormonal, ce que l’on appelle la « résistance à l’insuline« . En d’autres termes, contrairement à toute autre boisson sucrée, l’alcool ne stimule pas la production immédiate d’insuline (car les sucres contenus dans l’alcool ont été modifiés pendant la fermentation), mais il provoque une sécrétion accrue de résistine et de leptine, qui induisent un ralentissement du métabolisme et l’accumulation de tissus adipeux.

Enfin, l’alcool est consommé sous forme liquide, c’est-à-dire sous forme de boissons qui, comme on peut facilement le deviner, font partie des aliments les moins rassasiants et, en même temps, stimulent la ghréline. C’est une hormone qui régule la sensation de satiété, nous incitant dans certains cas à consommer davantage de glucides.

A ce stade, on peut se demander pourquoi les personnes qui consomment des quantités excessives d’alcool ne sont pas toujours en surpoids ou obèses ? La réponse se trouve une fois de plus dans la composition chimique et les calories vides : l’alcool, consommé en excès, produit un effet toxique anti-nutritionnel, générant même des formes d’émaciation.

Alcool et calories : les chiffres

Tous les spiritueux contiennent de l’éthanol, mais tous les spiritueux ne sont pas égaux, surtout lorsqu’ils sont analysés en termes de calories. Quels alcools sont les plus caloriques ? Quelles sont les différences entre la bière, le vin, les digestifs et cocktails ?

Le vin

vins

La teneur en calories d’un verre de vin de 125 ml varie en fonction du degré d’alcool : un verre de vin à 13,5° contient un peu plus de 90 kcal, une quantité qui passe à 84 pour un vin à 12° et à « seulement » 77 pour un vin à 11°.

La bière

Les amateurs de bière peuvent dormir plus ou moins paisiblement : une bouteille de 330 ml de bière blonde légère correspond à environ 100 kcal, il va de soi qu’un verre de 200 ml ne contient que 80 kcal ; les chiffres changent si l’on parle de bière double malt, auquel cas, 200 ml contiennent environ 170 kcal.

Cocktails, liqueurs et digestifs

Whisky, brandy, cognac, rhum et grappa (environ 40° d’alcool), un verre de 40 ml fournit environ 40 kcal ; les amers varient entre 90 et 120 calories. Méfiez-vous des cocktails, qui figurent généralement parmi les boissons les plus caloriques, car certains contiennent beaucoup de sucre, comme la Pina colada, le Cuba Libre, le Negroni, le Caipirihna et le Mojito, qui sont définitivement très caloriques.

Tableau des calories par alcool

Alcool Calories pour 100 ml
Bière légère 32 kcal
Cidre 32 kcal
Champagne 80 kcal
Kir 90 kcal
Kir royal 95 kcal
Gin 265 kcal
Rhum 231 kcal
Vin rouge 89 kcal
Vin blanc sec 86 kcal
Vin blanc moelleux 101 kcal
Vin rosé 86 kcal
Vodka 239 kcal
Whisky 250 kcal