Accueil Blog Fruits et légumes moches : un gaspillage alimentaire de taille

Fruits et légumes moches : un gaspillage alimentaire de taille

Le gaspillage alimentaire concerne en particulier les fruits et légumes. Non seulement parce qu’ils font partie des biens les plus périssables, mais aussi et surtout parce que, depuis des années, le marché impose des modèles de plus en plus homogènes et parfaits, qui n’ont en réalité que peu de rapport avec la production naturelle. Et les émotions des clients, ainsi que leurs attentes, font partie du problème. En effet, les consommateurs s’attendent à ce que les fruits et légumes soient présentés d’une certaine manière. Si ce n’est pas le cas, ils sont enclins à les rejeter automatiquement. Les supermarchés ont donc tendance à ne proposer que des produits frais répondant à ces normes esthétiques.

Voir notre guide d’achat sur les extracteurs de jus

Une étude danoise qui confirme les faits

Afin d’interrompre ce cercle vicieux, un groupe de chercheurs danois et suédois a mené deux séries d’expériences, démontrant la force de l’enracinement de certains stéréotypes. Ils ont demandé à 130 personnes d’exprimer leur intention de manger ou de ne pas manger une pomme, en leur soumettant des photos de fruits très différents par leur couleur, leur forme ou leur niveau de perfection extérieure. Comme prévu, et comme indiqué dans la section « Qualité et préférences alimentaires« , la plupart des participants ont déclaré qu’ils ne se sentaient pas très tentés par les fruits moches.

L’impact du visuel

On leur a ensuite demandé de goûter différentes sortes de pommes, et il a été confirmé à quel point les préjugés peuvent être tenaces. En fait, lorsque les volontaires ont goûté un morceau d’une pomme parfaite, croyant qu’il s’agissait d’un de ceux qui sont représentés dans la série des fruits de qualité inférieure, ils l’ont quand même trouvé mauvais.

Comment changer la perception du consommateur ?

Selon les auteurs, il faut tenir compte de l’avis des consommateurs, d’abord en fournissant des informations plus claires et plus complètes. Par exemple, les vendeurs devraient souligner que les fruits et légumes moches ont le même goût et les mêmes bienfaits nutritionnels que les autres, offrant parfois des nuances inattendues.

Ils pourraient également souligner qu’ils peuvent toujours être utilisés pour des recettes de desserts, des tartes, gâteaux, des jus de fruits ou légumes, et qu’ils coûtent (généralement) beaucoup moins cher. Ce n’est pas tout. Souvent, les fruits et légumes dits moches, sont produits plus près que les produits esthétiquement parfaits, qui ont souvent parcouru des centaines de kilomètres avant d’atteindre le point de vente. Il serait également utile que les coûts environnementaux des déchets soient mis en évidence, ce qui permettrait de sensibiliser les consommateurs et de reprendre le chemin des produits locaux.

Enfin, il serait probablement très efficace d’utiliser les réseaux sociaux pour transmettre des messages positifs ,associés à des fruits et légumes moches. Tout cela nécessite cependant une étape décisive de la part des réseaux de distribution.